Le processus des FS

Le Forum Social Mondial « pour les nuls » : comprendre et reconnaître les instances et les « niveaux » du Forum social…

Naissance et construction des Forums sociaux.. et comment cela fonctionne aujourd’hui

Le Forum Social Mondial (FSM) est né fin janvier 2001 à Porto Alegre où se retrouvèrent 100.000 personnes en opposition au forum économique des « maitres du monde » qui se tenait à Davos au même moment. Devant ce succès imprévu – 20.000 étaient attendues -, les organisations à l’origine de ce premier événement, regroupées au sein du Conseil International (CI) du FSM décidèrent de poursuivre et s’accordèrent sur une charte de quatorze principes – la Charte de Porto Alegre – pour régir le Forum Social Mondial.

Le FSM est un espace ouvert à toute organisation de la société civile progressiste ainsi qu’à toute personne qui y participe. La Charte de Porto Alegre porte implicitement trois objectifs :

1)    apprendre à faire de la politique autrement,

2)    fédérer la société civile progressiste en tant que nouveau sujet de l’émancipation,

3)    faire émerger de l’action en termes de résistances et d’alternatives à la société néolibérale et à ses conséuence, et plus généralement à toutes les formes d’oppression et de domination.

Le principe 6 de la Charte de Porto Alegre -qui n’autorise pas de déclaration, et a fortiori l’élaboration d’un programme politique, au nom du forum social en tant que tel- et le principe 9 -qui bloque l’import de programmes politiques « clé en main » au sein du forum social- permettent le maintien du forum social en tant qu’espace d’« unité plurielle ». Le principe 7 de la Charte de Porto Alegre -qui implique que l’organisation et la logistique du forum fassent tout pour rendre le plus visible possible toutes les propositions émergeant du forum social – le renforce en tant qu’espace d’émergence d’actions et de propositions d’alternatives.

La mise sur pied périodique d’événements du Forum Social Mondial et cette visibilité donnée aux propositions qui en émergent constituent  le FSM en tant que processus permanent au cœur du mouvement altermondialiste.

Après les événements centrés à Porto Alegre en 2001, 2002 et 2003, la décision fut prise au Conseil International de tenir en 2004 un évènement FSM à Mumbai : à partir du noyau européen et latino-américain initial, une forte impulsion a ainsi  été donnée à l’extension du mouvement altermondialiste aux autres continents et à son ouverture à d’autres cultures. Cette orientation a été confirmée avec la tenue de l’événement de Nairobi en 2007 et l’événement polycentré de 2006 à Bamako, Caracas et Karachi. Le retour au Brésil en 2009, lors de l’événement de Belém en Amazonie, a permis d’ouvrir le processus au monde amérindien.

Depuis l’événement centré de 2003 (à Porto Alegre), le contenu de l’évèéement résulte d’activités autogérées, l’organisation du forum se contentant d’allouer et de répartir l’espace disponible aux ateliers et séminaires qui résultent du processus d’agglutination qui intervient dès l’ouverture de l’inscription des  propositions d’activités sur le site du FSM de l’évènement.

A Belém – auquel 130.000 personnes participèrent – un nouveau format de l’événement a été mis sur pied avec, à la fin du forum, la tenue d’assemblées thématiques émergeant des travaux des ateliers et séminaires. A l’occasion de Dakar, ces assemblées thématiques sont re-nommées « assemblées de convergence ».

Le caractère inventif du processus FSM est confirmé par la tenue en 2008 d’un événement FSM décentré : sur l’ensemble de la planète, plus de 500.000 personnes participèrent ainsi dans la même plage de temps, toujours dans la même semaine que Davos, à des forums d’échelles locales, notamment en Russie, aux USA, au Mexique, dans la péninsule indienne (Inde mais aussi Pakistan) et au Moyen-Orient.

Lors de l’évènement de Belém, une autre innovation importante est apparue : l’extension de l’événement centré à tout point dans le monde qui souhaitait s’y joindre. L’opération « Belém étendue » pouvait ainsi prendre deux formes (non exclusives) : la tenue d’événements Forum Social Local (FSL), ou d’activités locales plus réduites (réunion débat, projection-débat, fête altermondialiste, etc.), et la tenue de rencontres à distance, par visioconférence bipoints (Belém et une localisation dans le monde).

Dans la suite du souci manifesté lors de l’événement décentré de 2008, cette innovation a une double importance :

1)    faire jouer une dialectique de visibilité médiatique entre global et local,

2)    porter le processus FSM jusqu’au cœur des populations.

Pour l’évènement de Dakar, cette architecture -qui importe en particulier pour associer la diaspora africaine- va être accentuée :

1)    l’opération « Dakar étendue » est présentée comme « deuxième arche » de l’évènement (la première étant le Dakar sur place »),

2)    une troisième forme d’extension va être mise sur pied : la participation à distance aux ateliers de Dakar qui, par des moyens technologiques simples, va permettre d’« étendre » les ateliers et séminaires se situant à Dakar à toute localisation du monde souhaitant y participer.

A Dakar, pour la première fois, il y aura découplage de date avec le forum économique de Davos : le processus permanent du FSM est arrivé à maturité !

Pour aller plus loin : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/debat

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ 

Charte de Principes du Forum Social Mondial

Le comité des instances brésiliennes qui a conçu et organisé le premier Forum Social Mondial, qui s’est tenu à Porto Alegre du 25 au 30 janvier 2001, après avoir évalué les résultats de ce Forum et les attentes qu’il a suscitées, a jugé nécessaire et légitime d’instaurer une Charte des Principes visant à orienter la poursuite de cette initiative. Les Principes contenus dans la Charte, qui devra être respectée par tous ceux qui souhaitent participer à ce processus et organiser de nouvelles éditions du Forum Social Mondial, consolident les décisions qui ont présidé à la réalisation du Forum de Porto Alegre et fait son succès, et amplifient sa portée, en fixant les orientations qui découlent de la logique de ces décisions.

Le comité des instances brésiliennes qui a conçu et organisé le premier Forum Social Mondial, qui s’est tenu à Porto Alegre du 25 au 30 janvier 2001, après avoir évalué les résultats de ce Forum et les attentes qu’il a suscitées, a jugé nécessaire et légitime d’instaurer une Charte des Principes visant à orienter la poursuite de cette initiative. Les Principes contenus dans la Charte, qui devra être respectée par tous ceux qui souhaitent participer à ce processus et organiser de nouvelles éditions du Forum Social Mondial, consolident les décisions qui ont présidé à la réalisation du Forum de Porto Alegre et fait son succès, et amplifient sa portée, en fixant les orientations qui découlent de la logique de ces décisions.

1. Le Forum Social Mondial est un espace de rencontre ouvert visant à approfondir la réflexion, le débat didées démocratique, la formulation de propositions, l’échange en toute liberté d’expériences, et l’articulation en vue d’actions efficaces, dinstances et de mouvements de la société civile qui s’opposent au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et toute forme d’impérialisme, et qui s’emploient à bâtir une société planétaire axée sur l’être humain.

2. Le Forum Social Mondial de Porto Alegre a été une manifestation située dans le temps et lespace. Désormais, avec la certitude proclamée à Porto Alegre qu « un autre monde est possible », il devient un processus permanent de recherche et d’élaboration d’alternatives, qui ne se réduit pas aux manifestations sur lesquelles il s’appuie.

3. Le Forum Social Mondial est un processus à caractère mondial.Toutes les rencontres qui feront partie de ce processus ont une dimension internationale.

4. Les alternatives proposées au Forum Social Mondial s’opposent à un processus de mondialisation capitaliste commandé par les grands entreprises multinationales et les gouvernements et institutions internationales au service de leurs intérêts. Elles visent à faire prévaloir, comme nouvelle étape de l’histoire du monde, une mondialisation solidaire qui respecte les droits universels de l’homme, ceux de tous les citoyens et citoyennes de toutes les nations,et l’environnement, étape soutenue par des systèmes et institutions
internationaux démocratiques au service de la justice sociale, de légalité et de la souveraineté des peuples.

5. Le Forum Social Mondial ne réunit et n’articule que les instances et mouvements de la société civile de tous les pays du monde, mais il ne prétend pas être une instance représentative de la société civile mondiale.

6. Les rencontres du Forum Social Mondial n’ont pas un caractère délibératif en tant que Forum Social Mondial. Personne ne sera donc autorisé à exprimer au nom du Forum, dans quelque édition que ce soit, des prises de position prétendant être celles de tous les participants. Les participants ne doivent pas être appelés à prendre des décisions, par vote ou acclamation, en tant que rassemblement de ceux qui participent au Forum, sur des déclarations ou propositions d’action qui les engagent tous ou leur majorité et qui se voudraient être celles du Forum en tant que Forum. Il ne constitue donc pas de pouvoir que peuvent se disputer ceux qui participent à ces rencontres, ni ne prétend constituer l’unique alternative d’articulation et d’action des instances et mouvements qui en font partie.

7. Les instances – ou ensembles d’instances – qui prennent part aux rencontres du Forum doivent donc être assurés de pouvoir délibérer en toute liberté durant celles-ci sur des déclarations et des actions quelles ont décidé de mener, seules ou en coordination avec d’autres participants. Le Forum Social Mondial s’engage à diffuser largement ces décisions par les moyens étant à sa portée, sans imposer d’orientations, de hiérarchies, de censures et de restrictions, mais en tant que délibérations des instances – ou ensembles d’instances –
qui les auront assumées.

8. Le Forum Social Mondial est un espace pluriel et diversifié, non confessionnel, non gouvernemental et non partisan, qui articule de façon décentralisée, en réseau, des instances et mouvements engagés dans des actions concrètes, au niveau local ou international, visant à bâtir un autre monde.

9. Le Forum Social Mondial sera toujours un espace ouvert au pluralisme et à la diversité des engagements et actions d’instances et de mouvements qui décident d’y prendre part, comme à la pluralité des sexes, ethnies, cultures, générations et capacités physiques, dans la mesure où ils respectent la Charte des Principes. Ne pourront participer au Forum en tant que tels les représentations de partis, ni les organisations militaires. Pourront être invités à y participer, à titre personnel, les gouvernants et parlementaires qui assument les
engagements de la présente Charte.

10. Le Forum Social Mondial s’oppose à toute vision totalitaire et réductrice de l’économie, du développement et de l’histoire, et à l’usage de la violence comme moyen de contrôle social par l’état. Il y oppose le respect des Droits de l’homme, la véritable pratique démocratique, participative, par des relations égalitaires, solidaires et pacifiques entre les personnes, les races, les sexes et les peuples, condamnant toutes les formes de domination comme l’assujettissement d’un être humain par un autre.

11. Le Forum Social Mondial, en tant qu’espace de débats, est un mouvement d’idées qui stimule la réflexion, et la diffusion transparente des fruits de cette réflexion, sur les mécanismes et instruments de la domination du capital, sur les moyens et actions de résistance et la façon de dépasser cette domination, sur les alternatives proposées pour résoudre les problèmes d’exclusion et d’inégalité sociale que le processus de mondialisation capitaliste, avec ses composantes racistes, sexistes et destructrices de l’environnement est en train de créer, au niveau international et dans chacun des pays.

12. Le Forum Social Mondial, comme espace d’échange d’expériences, stimule la connaissance et la reconnaissance mutuelles des instances et mouvements qui y participent, en valorisant leurs échanges, en particulier ce que la société est en train de bâtir pour axer l’activité économique et l’action politique en vue dune prise en compte des besoins de l’être humain et dans le respect de la nature, aujourdhui et pour les futures générations.

13. Le Forum Social Mondial, en tant qu’espace d’articulation, cherche à fortifier et à créer de nouvelles articulations nationales et internationales entre les instances et
mouvements de la société civile qui augmentent, tant dans la sphère de la vie publique que de la vie privée, la capacité de résistance sociale non violente au processus de déshumanisation que le monde est en train de vivre et à la violence utilisée par lÉtat, et renforcent les initiatives d’humanisation en cours, par l’action de ces mouvements et instances.

14. Le Forum Social Mondial est un processus qui stimule les instances et mouvements qui y participent à situer, à niveau local ou national, leurs actions, comme les questions de citoyenneté planétaire, en cherchant à prendre une part active dans les instances internationales, introduisant dans l’agenda mondial les pratiques transformatrices qu’ils expérimentent dans la construction d’un monde nouveau.

Approuvée et signée à Sao Paulo, le 9 avril 2001, par les instances qui  constituent le Comité d’Organisation du Forum Social Mondial, approuvée avec des modifications par le Conseil International du Forum Social Mondial le 10 juin 2001.

 ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 Sites Internet dans le FSM

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 Forums sociaux en France (FSL)

FORUM SOCIAUX LOCAUX : qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ?  (de Jean-Michel Coulomb)

Après le FSE de Saint Denis et une discussion avec Chico Whitaker, on avait phosphoré à plusieurs sur ce qu’était le FSL (Forum social local) et cela avait donné le texte que l’on peut trouver à :

http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/considerations-sur-le-forum-social-local

C’est un peu théorique mais à l’époque le FSL était un peu un ovni qui appelait ce genre de réflexion.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Assemblée de convergence des FORUMS SOCIAUX LOCAUX

Entité initiatrice : Réseau de Facilitation de Forums Sociaux Locaux (F-FSL)

Titre : Articuler localement processus du Forum Social et développement des alternatives

Objectif : Forums sociaux locaux et mise en œuvre d’alternatives (économie sociale et solidaire, transitions écologiques, nouveaux « commons » tels que systèmes d’échange locaux, logiciels libres, médias citoyens, …) se fondent sur des pratiques proches et participent de l’émergence d’un autre monde possible.

Ces processus peuvent se renforcer mutuellement et cela leur permettrait d’atteindre un seuil critique d’influence sur l’organisation et la dynamique de nos sociétés.

L’objectif de l’Assemblée est de commencer à rassembler les acteurs de ces processus pour définir des articulations et actions et ébaucher un calendrier. L’assemblée se poursuivra en ligne après Dakar.

Contact : contact.réseau.ffsl@gmail.com

Lien : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/assemblee-fs-al

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 LES FORUMS SOCIAUX LOCAUX (FSL) en FRANCE

 Après avoir été soumis aux commentaires et améliorations  de tous les participants à des Forums Sociaux (locaux ou autres structures), le texte sur les FSL en France est désormais sur le site (et peut être diffusé) à l’adresse ci-après : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/les-fsl-en-france

Ce texte est un document « chantier permanent » appelé à vivre au même titre que l’annuaire des FSL consultable sur la page : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/annuaire-des-fsl

Voir également le site Les FSL en France : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/project-home

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Rencontre de participants à des

forums sociaux locaux

à Aubagne le 11 octobre 2011 (compte-rendu)

Cette rencontre a eu lieu à l’initiative des amis du Forum Social Mondial en Provence profitant du cadre offert par le Forum Social organisé par la ville d’Aubagne sur une semaine, (Mondissimo). Voir http://www.forumsocialprovence.org/

Elle a réuni 10 personnes sur place pendant une journée (5 du Forum Social Mondial en Provence ; 1 syndicaliste ; 1 d’Evry ; 1 du Forum Social à Ivry et 1 de Paris + Gus Massiah du Conseil international des FSM pendant un moment l’après midi). En outre 1 de St. Dié, 1 du forum de Nancy, 1 de Toulouse, 1 d’Ivry, 1 de Mâcon ont décrit leur expérience par internet et 1 de ivry en envoye une contribution par ecrit, après avoir essayé d’entrer en contact par internet.

Elle s’est déroulée en deux parties :

–      La première a été une suite de descriptions d’expériences par les participants présents physiquement ou à distance

–      La deuxième a été un échange sur l’intérêt, la possibilité, les buts d’une rencontre en 2012 de participants aux FSL à préparer au cours d’un processus de plusieurs mois.

 Première partie 

Le Forum social mondial en Provence (FSMP)

Initié fin 2009 par des militants de Marseille et d’Aix désireux de développer au niveau de la région Provence un processus permanent analogue à celui du Forum Social mondial, dans le respect de la charte de Porto Alegre, pour que les organisations puissent s’épauler mutuellement et converger sur des thèmes communs dépassant leur cible propre.

Un appel dans ce sens émis auprès d’un grand nombre d’associations de Provence (pour une large part des Bouches du Rhône) a abouti à une première rencontre de 130 personnes en février 2010. Elle a débouché sur la pratique d’une rencontre mensuelle un samedi après midi ayant entre autres buts, celui de préparer un événement Forum Social annuel. Cet événement a pu avoir lieu en avril 2011 à Gardanne. Il a réuni 2 à 300 personnes pendant deux jours et est considéré comme un succès. Depuis, les réunions mensuelles ont eu tendance à être moins fréquentées pour des raisons qui sont encore en discussion. Mais unanimité pour préparer l’évènement annuel 2012.

Les ami-es ont développé les réflexions générales suivantes :

–      « Mondial » ? : La dénomination vise à exprimer qu’on se situe dans une démarche mondiale et qu’on veut assumer localement les questions de dimension mondiale.

–      « Permanent » ? : Ce caractère désigne le souci de relecture des évènements, la recherche du sens de nos combats et l’ambition de trouver, au cours de l’année, des actions communes utiles en plus de l’organisation de l’évènement annuel.

–      Quelles actions ? : Elles sont choisies par rapport à 6 critères. 1 : Quelle importance ? 2 : Quelle urgence ? 3 : Est-elle susceptible d’impliquer les personnes concernées ? 4 : Peut-elle élargir le cercle des organisations qui agissent déjà ensemble ? 5 : Peut-elle faire boule de neige ? 6 : A t-elle des chances d’aboutir ?

–      Trois soucis : Dépasser l’hyperspécialisation de chacun pour mieux comprendre (veut dire « prendre en commun » !) ; s’ouvrir géographiquement et socialement. Sortir du seul refus pour développer des alternatives positives qui créent du neuf et redonnent confiance.

L’expérience d’Evry (Essonne) 

Jacques, militant d’ATTAC, a pris l’initiative en novembre 2010 de proposer à des associations d’Evry l’organisation en commun d’un événement « Dakar étendu » pendant le FSM de Dakar en février 2011. Quelques organisations participant à « la Maisondu monde » d’Evry ont répondu positivement. Cela a abouti à 5 jours avec, au moins, une activité par jour, en général en soirée : Conférences, films, ateliers débat, animations, Théâtre à destination des enfants…. plus une liaison internet avec le FSM. Les thématiques : l’eau ; l’agriculture paysanne (car participation d’une AMAP) ; les services publics (participation dela F.S.U.)…Les activités se passaient àla Maisondu Monde avec un grand calicot à l’extérieur « Evry participe au Dakar étendu ». Jacques estime que le public a été à 90% militant.

La question d’une suite à cette expérience pouvant aller jusqu’à la construction d’un processus Forum Social Local permanent n’est pas fermée mais n’a pas été explicitement évoquée pour l’instant. De toute façon, la remarque est faite qu’une coopération même ponctuelle de plusieurs organisations pour un événement public liant mondial et local est déjà un pas vers un processus de Forum Social.

Le Forum social à Ivry FSI)

Issu du Forum Social européen (FSE) 2003 qui s’était tenu en plusieurs endroits dela Régionparisienne dont Ivry (commune de la « banlieue rouge » de 55000 habitants). Un local avait été mis à disposition du FSE parla Mairie. Unnoyau de militants d’une dizaine d’associations d’Ivry a été passionné par le principe des forums mais a constaté, à l’issue du FSE qu’il était passé au dessus de la quasi totalité de la population concernée. D’où la volonté de chercher à faire vivre un processus forum social permanent au cœur de notre commune.

Nous avons obtenu dela Mairie un droit d’occupation du local mis à disposition du FSE avec moyens bureautiques dés fin 2004. On a du créé une association pour le FSI (AFSI) pour gérer ces moyens, les subventions et les cotisations et dons versés par les organisations et personnes qui soutiennent le processus FSI. Mais cette association est inconnue de l’extérieur.

Ce que nous voulons rendre de plus en plus connu, apprécié et utilisé c’est un espace ouvert, libre où toute association ou personne qui se sent concernée par le combat altermondialiste peut venir utiliser des moyens mutualisés, échanger avec d’autres, bâtir des projets communs avec qui elle veut, comme elle le veut, le temps qu’elle veut. Personne ne peut parler au nom du FSI qui ne prend jamais position en tant que tel. Toute action publique menée en commun par des participants au FSI est signée par ces participants qui signalent qu’ils ont développé leur coopération au sein du FSI.

Actuellement il y a 30 à 40 associations qui participent de près ou de loin au processus dont beaucoup d’associations de migrants et des associations de jeunes de cités avec depuis 2 ou 3 ans un rajeunissement certain du noyau actif.

Chaque année, outre un festival du film altermondialiste, on essaye de réunir le consensus le plus large possible autour de l’organisation d’un événement public ayant le plus large écho possible. Entre temps, les rencontres formelles ou informelles génèrent un nombre variable d’actions communes deux à deux, n à n.. Tout cela avec des hauts et des bas mais sur une tendance générale lentement montante.

Mais il reste beaucoup à faire ; la compréhension de ce qu’est le Forum doit toujours être rediscutée au fur et à mesure du renouvellement des participants ; l’outil forum est encore bien loin d’être utilisé par tous ceux à qui il peut être le plus utile ; la tendance à retomber dans le chacun pour soi ou à se laisser diviser pour des riens est toujours là ; on a très peu rayonné au delà de la commune ; et ça au bout de 7 ans : Faire grandir la logique Forum Social est une lutte qui demande du temps et de la ténacité.

A la suite de cette présentation, la discussion s’est développée sur deux points :

–      Comment valorisons nous les résultats du processus forum auprès d’un large public comme le demande la charte (article7) ? J.G. donne son avis : Mal encore à Ivry (voir site http://www.fsivry.wordpress.com/) et mal aussi dans les forums sociaux en général y compris au FSM. La solution du FSM de distinguer le Forum lui même et les assemblées de convergence pour l’action qui publient leurs résolutions est un progrès mais insuffisant : On ne connait toujours pas les convergences et divergences apparues au cours des débats des forums eux-mêmes et comment ces débats ont conduit à des projets d’actions communes.

–      Les assemblées de convergence du FSM ont le mérite de faire apparaître des convergences importantes sur des projets d’action sectoriels mais ne permettent pas encore de faire apparaître des convergences plus larges sur des sujets d’intérêt général (comme c’était arrivé en 2003 contre la guerre en Irak). La convergence des convergences reste encore à travailler Une tentative intéressante dans ce sens : La soirée de l’évènement FSMP d’avril 2011 au cours de laquelle on a essayé de faire apparaître les convergences générales communes à tous les ateliers.

Saint Dié (par skype)

Alexandra nous explique la genèse du Forum des Alternatives Locales qui s’est tenu les 24 et 25 septembre 2011. Depuis deux ans un travail important avait été développé entre partenaires institutionnels et associatifs dans un conseil de développement pour élaborer un plan climat-énergétique territorial et parallèlement un plan de développement du covoiturage. Mais tout cela est resté sans écho. D’où le désir de plusieurs organisations impliquées de créer un événement qui diffuse ce travail de manière large et libre et qui offre le plaisir à ses organisateurs de tisser des liens plus étroits. Le format et le contenu de l’évènement (essentiellement tables rondes et ateliers) se sont progressivement dégagés à partir des propositions des uns et des autres. Etaient participants de grandes associations comme de plus petites très locales. Il a fallu convaincre certaines, estimant qu’elles tournent bien, du bienfait de se retrouver ensemble. L’initiative a été bien appuyée par les médias, en particulier par la radio locale « Radio canal myrtille ». Le bilan sera fourni ultérieurement mais d’ores et déjà tous les organisateurs sont unanimes pour recommencer l’expérience l’an prochain. Certains, comme Alexandra, mettent en débat l’idée qu’il est nécessaire de mettre en œuvre ensemble certaines actions qui découlent de consensus qui ont émergé au cours de l’année entre deux évènements annuels.

Deux projets ont été évoqués : lancer une coopérative d’énergie et lancer une « initiative de transition » (répondant à la question : Comment sortir le territoire de la dépendance aux énergies fossiles?).

Nancy (par skype)

Laurent parle du forum social de Nancy. Le 6ème forum social local a eu lieu du 23 au 25 septembre 2011 au niveau de l’agglomération de Nancy. Il a été préparé par une cinquantaine d’organisations. Un tel événement a eu lieu chaque année depuis 2006.

Cette année, il a duré trois jours avec, pour la première fois, un samedi après-midi de fête altermondialiste en plein air dans un parc avec 6 grands chapiteaux installés parla Mairie. Ila, pour la première fois aussi, été précédé par un week-end entre militants ayant un double but : une formation mutuelle et la préparation de l’évènement Forum. Désormais ce découpage en deux moments va être gardé et on va essayer de stabiliser les dates, variables jusqu’ici, du Forum dont on souhaite qu’il se passe le plus possible en plein air parce que ça lui donne une audience publique bien plus importante que dans un lieu fermé. Le prochain week-end militant est prévu le 22 novembre.

En outre, il y a une assemblée plénière mensuelle qui réunit entre 15 et 25 militants tous les mois. Cette assemblée a généré 5 pôles (Démocratie ; Justice sociale ; Paix ; Education ; Environnement) qui regroupent des associations (ATTAC, MAN, Objecteurs de croissance, ATD Amnesty, Greenpeace, Associations du commerce équitable…) qui se reconnaissent sous ces thèmes ce qui facilite la coopération entre acteurs et permet de décentraliser la préparation des forums car ils sont aussi actifs dans la préparation du Forum annuel, en particulier maintenant lors du week-end militant. En outre, chacun de ces pôles a sa vie propre et peut, s’il le souhaite et le peut, prendre des initiatives hors forum pendant l’année.

Dans le but d’élargir l’audience du Forum, on avait organisé l’an dernier une caravane qui, pendant trois semaines précédant l’évènement, était allé de marché en marché avec, à chaque étape, la possibilité, pour les habitants du quartier, d’exposer leurs initiatives dans un mini-forum. Cette formule n’a pas pu être mise en œuvre cette année mais est à reprendre car elle va à la rencontre des associations implantées dans les quartiers. Par ailleurs, on va, dés un an avant le prochain forum, à la rencontre des associations de quartier pour les intéresser à la préparation du forum et, à travers elles, pouvoir toucher un public plus large.

N.B : Une petite discussion suit cette présentation qui porte sur l’intérêt de chercher un thème central qui fédère tout le monde lors d’un événement. Nancy répond qu’un intérêt des forums est d’être multithématiques mais qu’ils se posent effectivement la question quand même. Ils envisagent, par exemple, d’aménager autrement l’espace lors du Forum en répartissant les pôles sur le pourtour d’un cercle et de créer une assemblée de convergence située au centre du cercle.

Toulouse (par skype)

Josette rapporte l’expérience du « Dakar étendu » qui a été organisé à Toulouse pendant le FSM de Dakar auquel participait une délégation toulousaine.

Il s’est agi de 7 évènements organisés par une dizaine d’associations au cours de 4 réunions de préparation et avec l’utilisation d’un site web. : On participé : CCFD, Survie, des Groupes locaux, ATTAC, l’Agence de Promotion Economie Solidaire, Voyages Solidaires… Chacun a pris en charge une partie. Un échange internet « Dakar – Toulouse » avec un public large dans une salle, côté Toulouse bien relayé par des médias, en particulier une radio locale très écoutée ; plusieurs débats dont un sur la souveraineté alimentaire. Ensuite il y eu plusieurs types de restitution : dans les locaux d’un journal local « Fritures », à l’université avec des universitaires toulousains qui avaient participé au FSM de Dakar, dans un quartier autour de la charte des migrants.

Cette expérience aura t-elle une suite ? Josette le souhaiterait mais elle remarque que la coopération entre organisations n’est pas dans la tradition ; l’expérience du Dakar étendu de cette année était la première expérience de coopération entre associations depuis longtemps à Toulouse. Et puis actuellement tout le monde est polarisé sur la mobilisation pour le contre G20. Mais après Josette compte bien relancer l’idée et pense qu’elle devrait pouvoir avoir un écho.

Anthony (par skype)

Anthony a été un des organisateurs de « Dakar étendu » côté Dakar et a participé avec une amie à l’aventure de « en route vers le forum », périple de plusieurs mois d’Ivry à Dakar en passant par de multiples étapes dont le camp saharaoui près d’El Ayoun attaqué à ce moment là par les forces marocaines.

Il insiste sur la nécessité de maîtriser l’usage de l’hébergeur ustream.com (ou livestream) qui permet à toute personne dans le monde (à qui on a donné le lien nécessaire) d’assister à distance à une réunion. Les fiches techniques indiquant comment utiliser cette technologie existent. Tout le monde reconnaît le grand intérêt de cela jumelé avec un usage complet et sans faille de skype (ou autre logiciel équivalent) et l’incurie dans laquelle on est souvent et dont il faut sortir. Anthony et Jean-Guy vont reprendre les fiches existantes pour en faire un « pour les nuls » très clair permettant de dépasser cette difficulté très vite.

Mâcon (par skype le 12/10/11)

A Mâcon c’était la 8ème fois cette année que le groupe ATTAC invitait les associations et syndicats à se retrouver pour organiser une journée de Fête altermondialiste le dernier week-end de septembre. Deux types d’organisations participantes : d’une part les producteurs locaux du marché paysan, de production locale de qualité, bio, d’autre part les associations locales et les déclinaisons locales des associations nationales. La participation s’est enrichie au cours des années. La fête altermondialiste a lieu sur un espace en plein air à proximité de Mâcon mis à disposition par une commune et une salle des fêtes à proximité de 2 à 300 places louée. Chaque année l’évènement est dans le cadre d’un thème : Cette année, c’était « Les peuples avant la finance », l’an dernier « De l’argent il y en a, partageons ».

Les associations montent des stands sur l’espace et organisent, selon un planning préparé en commun, 1h de débat devant le stand ATTAC sur une question qui se situe dans le cadre du thème de la journée avec 30 minutes de présentation et 30 minutes d’échange avec le public : 5 débats sur la journée. Par ailleurs ATTAC organise une conférence dans la salle des fêtes. Des groupes d’animation tournent sur tout l’espace pendant la journée (scénettes, musique, etc.). Cette année une grande banderole était tendue où était écrit en lettres creuses le thème de la journée et les gens écrivaient leur propre parole à l’intérieur de ces lettres. La banderole ainsi complétée sera transportée au contre G20 de Nice.

Un stand des élus locaux a été proposé aux élus l’an passé qui, pour l’instant, n’a pas trop bien fonctionné. Pour la première fois, le journal régional a fait toute une page sur la fête. Les radios locales relaient un peu. FR3 Bourgogne est passée une année et a fait 2 minutes en début de journal. Les associations participantes sont très heureuses des liens qu’elles ont avec un public très large avec par exemple 2500 personnes cette année.

La fête altermondialiste est préparée par un collectif de préparation initialisé à partir d’une commission AATTAC autour de laquelle s’agrègent d’autres personnes (notamment cette année avec un renfort important). Une fois avant l’été et une fois début septembre se tient une réunion de préparation avec les autres associations participantes.

ATTAC joue en quelque sorte le rôle de facilitateur de cette fête altermondialiste dont le contenu est celui d’un forum social avec des ateliers auto-organisés autour du thème retenu. Même si des liens inter-associatifs ont du se créer lors de la fête autour du thème de l’économie sociale et solidaire, actuellement l’effort est mis pour intégrer plus les partenaires à la préparation et créer plus de transversalité entre associations. On essaye de mettre en place un forum syndical, avec un succès mitigé. On réfléchit aussi à ce qu’il se passe quelque chose entre les fêtes.

Après 8 ans la fête altermondialiste garde sa dynamique et est même plutôt en expansion ; personne n’imagine d’arrêter. On arrive toujours à faire venir de nouvelles organisations. Mâcon étant jumelée avec Neustadt, nous avons pris des contacts avec les associations de Neustadt qui viendront probablement à la fête dans les années à venir.

Pierre Ivry (par courriel, faute d’avoir été pris en compte sur internet entre 12 et 13h30 )

Contribution Sur la partie échange d’expérience :

Le forum d’Ivry est à l’échelle d’une ville de 50000 habitants, et pas d’une région comme le fsm en Provence. Ce sont deux processus de nature assez différents, et le mot forum local doit etre bien précisé à chaque fois

Le forum d’Ivry a des conditions favorables et dure depuis 7 ans. Il expérimente des formules pour garder le contact avec la population – l’alterparade, le festival de film altermondialiste, la journée porte ouverte

Dans le contexte actuel, il est important d’ investir localement :

1/pour faire fonctionner les processus forums locaux et les renforcer pour la période à venir

A l’échelle locale par exemple il est possible d’essayer de chercher des voies pour que la population connaisse et apprécie les processus forum locaux en dehors d’un cercle d’initié(e)s

Et de faire le lien avec des mouvements tels que « les indignés », si ce mouvement prenait de l’ampleur en France, en essayant de valoriser les organisations locales, et en faisant venir des jeunes dans ces organisations,

2/ pour faire fonctionner l’espace du réseau f-fsl qui sert de lien entre ceux-ci, et de moyen de visibilité vers l’échelle supérieure, sans idée d’impulser des actions d’envergure au nom de cet espace.

L’espace f-fsl peut être un outil pour s’informer mutuellement dans un contexte qui peut devenir « évolutif » étant donné les circonstances économiques et politiques

Le texte référence f-fsl est ici http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/texte-plate-forme Il est utile de réfléchir à ce qu’est ce réseau de facilitateurs f-fsl. S’il peut être conçu comme un organisation, celle-ci, rassemblant des facilitateurs de forum locaux, et fonctionnant au consensus, doit alors avoir des protocoles de fonctionnement explicites, et une claire conscience des limites qu’elle se donne ( en gros, pas de prise de position en dehors de sujet ayant trait à l’organisation du processus forum )

Contribution Sur la deuxième partie de l’agenda

1/ Des initiatives d’envergure nationale, si elles existent, devront être prises par des structure ayant l’échelle de l’action envisagée, donc des organisations nationales – On ne perçoit pas cela en France pour l’instant

2/ Par ailleurs certains groupes essaient de stimuler une « mayonnaise sociale  » comme cela a eu lieu en Espagne, ou maintenant aux Etats Unis -« surla Puertadel sol, les paroles rituelles des facilitateurs d’assemblée ( il y en a bien sûr)  pour accueillir les participants prenant la parole étaient « ceci est ton assemblée, notre assemblée, et chaque celle de plus de monde »

http://openfsm.net/projects/acampadas-y-fsm/project-home

Voir les tentatives d’importer les indignés en France ou en ce moment les occupy wall street

http://occupyfrance.org/10-10-2011/compte-rendu-de-la-reunion-occupy-france-occupy-paris-du-8-octobre/infos/94

http://occupyfrance.org/

La journée du 15 octobre par exemple en France lancée à l’initiative de groupes internationaux n’a pas été trop relayée par des organisations en France

Un outil essentiel de cette mayonnaise sont des assemblées http://openfsm.net/projects/acampadas-y-fsm/acampfsm-dinamisacion-asambleas. Voir aussi les people assemblies dans le processus des usa

Dans ces mayonnaises et ces assemblées, la part de l’individuel et des organisations reste à clarifier ; et la part du spontané et des groupes organisés -plusieurs dans le cas de l’Espagne, qui stimulent le spontané – reste aussi à clarifier ! – Les processus d’adhésion au mouvement des indignés sont différents de ceux d’adhésion d’une organisation avec sa raison sociale et ses protocoles de décision , et  ces formes collectives peuvent être complémentaires

Il semble vain de vouloir aller tout dans un sens ou dans un autre, et opposer organisations et assemblées d’individus – les processus d’individuation sont des tendances de fond et les assemblées d’expression d’échange sont une pratique qui revitalise l’espace public, et en même temps, l’organisation collective est une valeur essentielle pour l’efficacité et la durée.

Les forums sociaux locaux pourraient être, à coté de ces assemblées locales de personnes indignées si elles essaiment durablement, un élément d’approfondissement et d’articulation avec les organisation locales,. ayant chacune leur propre processus interne de décision, et dont la dynamique interne pourraient être grandement « stimulées » par l’existence d’une assemblée d’individus a proximité

Une voie possible serait que champ de pertinence et de décision de ces assemblées soit auto limité par leur participants, de façon à ne pas rentrer dans une opposition /compétition stérile entre assemblées d’individus et les coalitions d’organisations,

 Deuxième partie 

Toutes les facilitateurs de FSL interrogés jusqu’ici ont dit leur intérêt pour le principe d’une rencontre nationale de participants (organisations et personnes) à des FSL, physique en un lieu donné pour le plus possible de participants mais équipée de tous les moyens de participation à distance pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer.

A partir de ce constat, l’échange des présents à porté sur les points suivants :

Objectif d’une telle rencontre ?

Tous les présents à Aubagne pensent que le but de cette rencontre doit être :

– de consolider les FSL,

– construire les échanges,

– proposer des alternatives

– effectuer une lecture politique de nos actions et réflexions

Ceci en approfondissant la connaissance mutuelle et l’échange d’expérience.

Au delà de cela, une longue discussion a eu lieu pour savoir si il était souhaitable et possible de se donner pour but de faire progresser une réflexion collective sur un certain nombre de questions stratégiques comme, par exemple : Comment travaille t-on avec les syndicats ?, Comment on cherche à inclure une diversité croissante de forces, en particulier des milieux peu représentés ? Les FSL peuvent ils être utiles pour faire émerger des perspectives positives sur des préoccupations majeures comme l’emploi, le logement, etc. qui relèvent largement de politiques nationales et même faire pression ? Autour de cette dernière question, si elle était retenue, serait-il il opportun d’inviter des organisations nationales travaillant sur ces problèmes ?

Quel processus de préparation ?

Tous les présents ont été d’accord pour dire que la rencontre n’aurait d’intérêt que si elle était longuement préparée dans le cadre du réseau FFSL par tous ceux qu’elle concerne de telle façon que son format et son contenu découle d’un très large consensus. Un an a paru une durée adéquate pour une telle préparation. Il a paru indispensable qu’un groupe de facilitation, constamment ouvert à tous ceux qui souhaiteraient l’intégrer, anime cette préparation. La proposition est faite d’une enquête auprès des FSL sur les préoccupations revenant le plus fréquemment dans leurs travaux, à mener sur skype à l’aide d’une grille simple)

Quand ?

La question ne pourra être tranchée qu’après la collecte des avis de tous sur la base d’une information sur les dates du prochain FSM en 2013 (devrait être connue fin novembre) et le déroulement d’une semaine international de forums locaux axés sur des alternatives locales dont le principe a été adoptée par une assemblée de convergence à l’issue du FSM de Dakar. De toute façon, ce ne peut être avant l’été 2012 ni plus tard que fin 2012 car on sera alors trop près probablement du FSM 2013.

En tout cas, dés que le principe de la rencontre aura réuni un consensus suffisamment large, il faudra afficher publiquement l’importance déjà appréciable des forces qui s’engagent dans le processus car cela pourra avoir un effet d’entraînement en soi.

Il est noté que pour que « cela » fonctionne, il importe de contribuer à la facilitation du réseau f-fsl. Une réunion mensuelle en ligne a lieu le troisième mardi de chaque mois à 19heures, ouverte a tous celles et ceux qui se considèrent comme participants à ce réseau (les convocation sont envoyées sur la liste ffsl discussion )

En attendant, l’écho de la rencontre résumée ici doit pouvoir être largement diffusée dans et hors du réseau.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Réseau F-FSL : Bulletin d’information n° 17 (décembre 2011)

Faits marquants intervenus depuis le 15 Novembre concernant l’activité du réseau F-FSL et des FSL.

I – Projet d’une rencontre nationale de participants des FSL

Suite à la rencontre du 11 octobre (Cf. http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/rencontre-f-fsl-a-aubagne) organisée dans le cadre du FSL d’Aubagne, le projet d’une rencontre nationale de participants de FSL (personnes et organisations) a avancé. Cette rencontre physique (avec des extensions internet pour ceux qui ne pourraient se déplacer, notamment nos amis francophones) se donnerait pour but de faire progresser la réflexion sur des questions stratégiques : comment inclure une diversité croissante de forces, en particulier des milieux peu représentés, comment travailler avec les syndicats, comment faire ainsi émerger des perspectives positives sur les thématiques majeures portées par les participants à la rencontre (à titre indicatif : l’emploi, le logement, l’eau, les alternatives locales, etc.), comment arriver à les faire avancer quand elles relèvent de politiques nationales, etc.. Deux formats de rencontres sont envisagés, selon que les débats seront amorcés par une plage de débat consacrée aux retours d’expérience ou directement structurés par les thématiques sélectionnées pour la rencontre.

Afin de préciser dans les 2 mois les objectifs attendus de cette rencontre nationale et d’identifier les thématiques à privilégier, un appel à contribution est lancé. N’hésitez pas à faire des propositions notamment de thématiques.

Cette rencontre, sous réserve expresse que son processus de préparation soit alors à maturité, pourrait avoir lieu à Lyon début juillet 2012, sachant qu’au même moment se tiendront déjà, dans une certaine synergie de fait, l’université d’été de la Solidarité Internationale(CRID) et les Dialogues en Humanité (Cf. http://dialoguesenhumanite.org/).

Quoiqu’il en soit, dans l’objectif de faire connaitre les FSL et le réseau F-FSL (objectif à distinguer donc du contenu envisagé pour la rencontre), le réseau F-FSL participera aussi à l’université d’été de la SSI, de façon similaire à sa participation à l’édition précédente de Pessac en juillet 2010 (Cf. http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/compte-rendu-de-l-universite-du-crid-2010 et http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/retours-d-experience-des-fsl).

II – Recueil des expériences

Pour préparer la rencontre nationale de participants des FSL, le maximum de recueils d’expérience en amont est souhaitable. La réunion d’animation du réseau a décidé d’y participer à sa façon en réservant systématiquement un point de son ordre du jour à une discussion avec des participants de 1 ou 2 FSL (le 3ème mardi de chaque mois). Le FSD Alpes Maritimes a ouvert ce cycle lors de la réunion d’animation du 20 décembre (Cf. http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/forum-social-departemental-des-alpes-maritimes).

N’hésitez pas à proposer votre participation, éventuellement dans un créneau qui vous convient mieux, ou à nous communiquer dés maintenant quelques lignes sur votre propre expérience !

III – Des nouvelles des FSL

L’agenda des évènements FSL est accessible à : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/les-evenements-fsl.

La version à jour de l’annuaire des FSL est accessible à : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/annuaire-des-fsl.

Bienvenue dans le réseau au Forum Social des Villages en Pévèle ainsi qu’au Forum Social Local en Pays Mornantais. Plus d’une cinquantaine de FSL sont aujourd’hui reliés à travers le réseau, auxquels il convient d’ajouter une vingtaine de localisations ayant tenu des évènements très significatifs lors du FSM étendu de Dakar.

Pour cet agenda, comme pour cet annuaire : avertir de tout oubli ou imprécision.

IV – Semaine internationale de forums axés sur les alternatives locales

Le prochain évènement FSM se tiendra a priori au Caire en février 2013, moment du 2ème anniversaire de la chute de Moubarak (le Maroc étant positionné en recours en cas de problème). Vu d’une part qu’un certain nombre d’organisations et de réseaux devraient logiquement participer à la fois à la semaine internationale de forums axés sur les alternatives locales (Cf. http://openfsm.net/projects/fs-al/fsal-build-fr) et au FSM étendu, que d’autre part une campagne de mobilisation et de préparation prend environ 6 mois et qu’il est raisonnable d’en prévoir  autant pour « souffler » entre deux campagnes, la conséquence pour la semaine internationale est qu’elle se tiendra en concomitance avec le prochain évènement FSM, à l’instar d’autres évènements altermondialistes thématiques, essentiellement centrés quant à eux, qui se déroulent déjà au moment d’un évènement FSM (ex : le Forum Mondial Sciences et Démocratie, l’assemblée Mondiale des habitants, etc.). Pour aller chercher des partenaires/promoteurs (quelques uns actuellement en France, Allemagne, Argentine, Brésil et Québec mais sans atteinte d’une masse critique susceptible d’assurer un réel succès de la semaine), un groupe tente actuellement de s’organiser pour cet indispensable travail d’extension. La décision finale devrait être prise au plus tard d’ici 4 à 5 mois au vu des résultats d’extension obtenus.

Site du réseau F-FSL : http://openfsm.net/projects/facili-tation-de-fsl/project-home

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :