Publié par : fsivry | 18 novembre 2019

Usine d’incinértion Ivry-Paris 13 : Communiqué de presse de « 3R »

Vous trouverez ci-dessous le Communiqué de Presse du Collectif « 3R » (Réduire, Réutiliser, Recycler) :

Communiqué de presse

Moratoire de 3 ans voté sur l’usine TMB d’Ivry-Paris XIII !

Ivry, le 10 novembre 2019

Le 7 novembre 2019, le Conseil syndical du SYCTOM a voté un moratoire de 3 ans sur la deuxième usine du projet Ivry-Paris XIII, l’UVO (Unité de Valorisation Organique), prévue pour un gigantesque Tri Mécano-Biologique (TMB).

Le SYCTOM (l’agence métropolitaine des déchets ménagers) porte le projet de reconstruction de l’incinérateur actuel qui serait remplacé par un nouvel incinérateur (dont les travaux ont commencé malgré nos recours) et par une unité de TMB, désormais suspendue par cette décision. Chaque usine est estimée à 500 M€ pour un coût total (construction et exploitation) de 2 milliards d’argent public.

Le SYCTOM prend ainsi acte de la position récente du maire d’Ivry contre cette deuxième usine, suite au travail de la Mission d’Information des Élus d’Ivry et à la consultation citoyenne du 29 juin 2019, dans le prolongement du travail et de la mobilisation des associations depuis 10 ans.

Bataille gagnée pour le Collectif 3R, Zero Waste France et tous les soutiens à cette cause, notamment les écologistes d’Ivry et d’Ile de France, soutiens de la première heure, le Parti Socialiste d’Ivry, la France Insoumise, et toutes les associations qui militent pour des solutions alternatives aux traitements des déchets les plus polluants, toxiques et climaticides !

Mais cette victoire est fragile, car ce moratoire ne règle rien définitivement :

l’incinérateur est en cours de reconstruction sous nos yeux, avec le soutien du maire, et nos recours juridiques sur le fond peuvent prendre plusieurs années.

le SYCTOM continue pour 100 millions d’euros environ son projet de recherche sur la co-méthanisation des biodéchets d’Ivry-Paris XIII avec les boues de stations d’épuration du SIAAP, menant à des solutions dangereuses et polluantes qui feront toujours des habitants des cobayes en zone urbaine dense.

– il est maintenant question de déplacer la centrale de chauffage à gaz CPCU d’Ivry-Confluences vers Ivry-Port Nord, comme si cette zone n’était pas suffisamment polluée.

– le projet de port du SYCTOM sur la Seine (transfert de déchets en fermentation) ne fait pas partie du moratoire et les habitants d’Ivry perdent l’opportunité de retrouver l’accès au fleuve.

et surtout, l’abandon définitif du projet dépend de la capacité des collectivités à réussir le défi d’un tri à la source performant, pour les biodéchets comme pour les emballages, avec des résultats de valorisation conformes à la réglementation. Le projet sera reconsidéré dans 3 ans, en fonction des résultats de ce tri à la source.

Nous devons continuer à contester la politique du « tout-incinération » du SYCTOM pour promouvoir énergiquement les solutions « zéro déchet ». Nous sommes d’autant plus méfiants par rapport au SYCTOM que le Collectif 3R et Zero Waste France viennent d’être écartés de la nouvelle « Commission consultative des Services publics locaux » créée par le SYCTOM pour se conformer à la loi.

Nos associations, avec le soutien des politiques, doivent continuer à peser sur les collectivités pour obtenir les budgets nécessaires pour réduire nos déchets, et assurer la réussite du tri à la source (logistique, emplois, campagnes de communication, tarification incitative, etc…) que ce soit dans l’espace public, les écoles, les marchés, les bureaux et les entreprises, et pas seulement dans nos foyers!

Alors continuons à « affamer les incinérateurs » pour limiter aux déchets ultimes cette solution de traitement polluante qui contribue au dérèglement climatique et brûle des ressources précieuses.

La marge de manœuvre est immense: 75% de notre poubelle devrait déjà être recyclée.

Le SYCTOM doit accompagner l’actuelle baisse des déchets incinérés, qu’il n’a pas su anticiper, alors que les habitants sont favorables au tri pour peu qu’on leur en donne les moyens, comme le prouve la croissance des collectes sélectives depuis l’extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques (plus de 10% depuis 1 an).

Plus que jamais le Collectif 3R et Zero Waste France réclament l’application du plan B’OM (Baisse des Ordures Ménagères, http://www.planbom.org) et que l’argent soit investi dans des solutions alternatives (centres de tri, déchetteries, ressourceries, centres de réparation).

Pour l’air que nos respirons, pour nos enfants, pour la planète !

Collectif 3R ( Réduire, Réutiliser, Recycler)


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :