Publié par : fsivry | 25 mai 2012

Le changement maintenant, pour les immigrés aussi !

Le Collectif ivryen de vigilance contre le racisme (CIVCR) nous informe :

Notre collectif adresse ce communiqué  à tous ceux qui, à Ivry, souhaitent que des mesures soient prises immédiatement pour que les étrangers soient traités dignement.

COMMUNIQUE DU COLLECTIF IVRYEN DE VIGILANCE CONTRE LE RACISME (CIVCR)

  Ivry, le 23 Mai 2012

 Un nouveau Président de la République vient d’être élu, un nouveau gouvernement a été  formé. 

Les responsables du traitement indigne de notre pays qui a été infligé au cours de ces dernières années à des hommes et des femmes immigrés, ont été écartés du pouvoir par le suffrage universel.

Les immigrés demandeurs d’asile, de titres de séjour, les associations et citoyens qui leur ont apporté leur soutien, aspirent à une autre considération, à un examen humain de leur situation, à des décisions conformes aux droits de l’homme et aux conventions internationales garantissant le droit à vivre en famille, les droits de l’enfant, les droits des travailleurs immigrés.

 Avant même la mise en chantier d’une nouvelle législation par l’ Assemblée Nationale qui va être élue, nous demandons que des décisions d’urgence soient prises par le gouvernement et mise en œuvre dans les préfectures :

1 – un moratoire suspendant les expulsions et les  décrets faisant obligation à quitter le territoire français (OQTF), les arrêtés de reconduite à la frontière (APRF)

2 – l’accès facilité et respectueux des délais légaux des demandeurs d’asile à l’O.F.P.R.A. et son rattachement au Ministère des Affaires étrangères.

3 –l’accès facilité à la Préfecture pour le dépôt et le traitement des premières demandes de titre de séjour ; le traitement rapide des dossiers des demandes de titre de séjour en attente depuis de longs mois.

4 – une circulaire ministérielle aux préfets abrogeant les circulaires limitant l’application même de la loi actuelle. Nous demandons la prise en compte des situations réelles des familles, des jeunes majeurs, des salariés, des étrangers malades, de façon à les faire sortir de la précarité en leur accordant un titre de séjour.

 5 – le respect du travail des associations et collectifs accompagnant les immigrés sans papiers, en créant les conditions, comme cela a existé, de rencontres avec les préfets et les responsables des services des étrangers pour l’examen des dossiers les plus urgents.

 Notre Collectif qui a aidé ces hommes et ces femmes à traverser ces dernières années éprouvantes sera attentif aux mesures et engagements concrets qui doivent être pris par le gouvernement et restera vigilant et mobilisé pour qu’enfin une nouvelle politique soit inaugurée.

 Notre Collectif est disponible pour engager avec les associations et collectifs aux niveaux départemental, régional, national, les démarches et actions nécessaires à cette avancée.

 

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :